Vidéos récentes

Pour qu’Allah te pardonne dans Sha’ban

Le jugement de tourner autour des tombes

La subsistance est comme le décret

Les conditions de Lâ ilâha illa Allah

Toutes les louanges reviennent de droit à Allah le Seigneur des univers. L’aboutissement appartient aux pieux, et nulle hostilité si ce n’est pour les injustes. Et j’atteste que nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah, le Seul sans associés. A lui la royauté et les louanges et Il est capable de toute chose. La divinité qui s’est élevée au dessus du trône, détenteur de la royauté. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le purifie, ce qui est entre eux et ce qui est sous le sol humide. Et si tu élèves la voix, Il connaît certes les secrets, même les plus cachés. Allah, Nulle ne mérite l’adoration exceptée Lui ! Il possède les Noms les plus beaux. J’atteste que Mohammad est Son Serviteur et Messager, qu’Allah a envoyé avec la guidée et la religion de vérité pour la faire triompher sur toute autre religion, en dépit de l’aversion des mécréants. Que la prière soit sur lui, ainsi que sur sa famille, ses compagnons, et tous ceux qui ont suivi sa guidée et se sont accrochés à sa Sounnah jusqu’au Jour du jugement.

Ceci dit, Ô serviteurs d’Allah :

Nous avons su que le Tawhid dans l’adoration est le sens de Lâ ilâha illa Allah, nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah. Et pour compléter ce point bénéfique, nous allons citer les conditions de Lâ lâha illa Allah . Car la parole par la langue n’est pas valable, ni un pilier des piliers de la foi sans ces conditions. Donc la parole d’Unicité [Kalimat At-Tawhid] n’est pas valable sans ces conditions. Les savants ont étudié avec attention les textes et en ont trouvé sept ou huit, mais certaines en impliquent d’autres. Ces conditions viennent de la recherche et de la vérification approfondie des textes. L’érudit Cheikh Hafidh Al Hakami رحمه الله les a regroupées dans un poème par sa parole :

وبشروطٍ سبعة قد قُيِّدت

Et avec sept conditions elle a été délimitée

وفي نصوص الوحي حقاً وَرَدَت

Et dans les textes de la révélation elles furent véritablement rapportées

فإنه لم ينتفـع قائلـها بالنطق إلا حيث يستكمِلــها

Elle ne profitera pas à celui qui la dite par la langue, jusqu’à qu’il la complète

العلـم واليقين والقبــولُ والانقيــاد فادرِ ما أقولُ

La science, la certitude, l’acceptation Et la soumission, je sais par cela ce que je dis

والصدق والإخلاص والمحبـة وفَّقـك الله لما أحبـــه

La véracité, la sincérité et l’amour. Qu’Allah te guide vers ce qu’Il aime.

Et ils ont ajouté une huitième condition en disant :

علم يقين وإخلاص وصدقك مع

Science, certitude, sincérité ainsi que ta véracité avec…

محبــة وانقيــاد والقبــول لهــا

Amour, soumission et son acceptation.

وزيـد ثامنهـا الكفـران منـك بما

Ajouter à cela la huitième qui est le fait que tu renies

سوى الإله من الأشياء قد ألها

Toute chose adorée en dehors d’Allah.

  • La première condition :

La connaissance du sens de cette attestation avec la négation et l’affirmation qu’elle comprend, qui exclut l’ignorance. Celui qui la dit avec sa langue, tout en ignorant son sens, Lâ ilâha illa Allah ne lui profitera pas. Donc la science de son sens avec l’affirmation et la négation qu’elle contient ; nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah. La connaissance de son sens n’est pas que tu saches les expressions des savants: la particule « لا » [La|Nulle] est une particule de négation du genre. Le nom « إله » [Ilaha|Divinité] fait parti des mots qui ne changent pas de terminaison. Et l’adjectif est « حق » [Haqq|Mérite en vérité] : Nulle divinité ne mérite en vérité l’adoration exepté Allah. Mais ce qui est voulu plutôt est ce qui est enraciné dans le cœur, qu’Allah Exalté soit-Il est le Seul méritant l’adoration. Donc ce qui est obligatoire est de connaître ce que cette parole implique comme sens qu’Il est le Seul méritant l’adoration. Mais celui qui connaît son sens en détails, alors cela est plus complet et meilleur encore.

  • Deuxième condition :

La certitude qui exclut le doute. C’est-à-dire la profonde certitude que le serviteur croit qu’Allah est l’adoré en toute vérité, celui qui mérite l’adoration. Et ce qu’Allah nous a informé dans Son Noble livre, ou à la bouche de Son Messager digne de foi Mohammed ibn ‘AbdiLlah, est la vérité ferme sans le moindre scepticisme et doute.

  • Troisième condition :

La sincérité qui exclut l’association. Certaines personnes disent Lâ ilâha illa Allah, mais ne délaisse pas le Shirk, comme cela est le cas pour les adorateurs des tombes. Cette parole ne leur sera d’aucune utilité, car parmi ses conditions la sincérité, et la sincérité est de purifier l’acte par une intention pieuse de toutes les formes de Shirk.

  • Quatrième condition :

La véracité qui exclut le mensonge.  C’est qui l’a prononce avec véracité par son cœur. Les hypocrites disent Lâ ilâha illa Allah mais est-ce que cette parole leur sera profitable ? Non, car ils se sont opposés à ce que contient leurs cœurs.

Allah Exalté soit-Il dit [dans le sens approché] :

« Ils disent avec leurs langues ce qui n’est pas dans leurs cœurs. »

« Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : Nous attestons que tu es certes le Messager d’Allah. Allah sait que tu es vraiment Son Messager, et Allah atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs. Ils prennent leurs serments pour bouclier. »

  • Cinquième condition :

L’amour qui exclut la détestation. L’amour de cette parole et de ce qu’elle montre, l’amour des gens qui ont agit avec cette parole, ceux qui se sont attachés à ses conditions. Et la détestation de ce qui annule cela.

  • Sixième condition :

La soumission qui exclut le délaissement. La soumission à ce qu’indique cette attestation, comme adoration à Allah, seul sans aucun associé. Et l’obéissance aux ordres d’Allah.

  • Septième condition :

L’acceptation excluant le rejet. Que tu ne rejettes rien parmi les droits de Lâ ilâha illa Allah, et de ce qu’elle montre. Tu acceptes tout ce qui provient d’Allah, et de Son Messager ﷺ. Et la différence entre la soumission et l’acceptation est que la soumission est dans l’apparence alors que l’acceptation est à l’intérieur, c’est-à-dire dans le cœur. En apparence se soumettent le musulman et l’hypocrite, tous ils se soumettent en apparence, mais l’acceptation ne provient que du croyant. L’hypocrite ne se soumet pas avec son cœur, même s’il se soumet en apparence.

  • Huitième condition :

Mécroire au Tâghout ; tout ce qui est adoré en dehors d’Allah exalté soit-Il, que ça soit un Sheitan, une pierre, un arbre, une tombe, est un Tâghout. Mécroire au Tâghout, est le désaveu du Shirk et de ses adeptes. Le serviteur ne sera pas parmi ceux qui unifient Allah, tant qu’il ne se désavoue pas du Shirk et de ses partisans.

Allah Exalté soit-Il dit [dans le sens approché] :

« Donc, quiconque mécroit au Tâghout tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »

Cheikh ‘Abd Al Hadi, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Parmi les merveilles de la grande et  bonne parole

« Lâ ilâha illa Allah »

 

[Nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah]

  • Premièrement : Elle ne possède aucune lettre munie de points.
  • Deuxièmement : Tous les mots qui la constituent renvoient à trois lettres, qui sont, le « alif » (ا), le « lam » (ل), et le « ha » (هـ), ce qui une fois regroupé forme le mot  إله , dont le sens est  « divinité ».
  • Troisièmement : Il t’est possible de la prononcer sans remuer les lèvres supérieures et inférieures.
  • Quatrièmement : Elle est composée d’une négation et d’une affirmation, il y a en cela une réplique aux athées et aux extrémistes soufis parmi les partisans du panthéisme et de l’unique existence.
  • Cinquièmement : « Lâ ilâha » (nulle divinité – لا إله) est légère à la langue alors que  « illa Allah » (excepté Allah –  إلاَّ الله) est lourde, ce qui montre que toute chose en dehors d’Allah est légère, et ne mérite aucunement l’adoration, ni que l’on s’oriente vers elle.
  • Sixièmement : « Lâ ilâha » (nulle divinité – لا إله) débute par un « lam »  penché, en revanche « illa Allah » (excepté Allah –  إلاَّ الله) commence par un alif droit, ce qui montre que toute chose en dehors d’Allah est penchée et non droit.
  • Septièmement : Elle constitue le meilleur de tous les rappels.
  • Huitièmement : La particule « Lâ » (لا – nulle) est incomplète  dans sa typographie comparée à « illa » (إلاَّ – exceptée), ce qui montre que tout ce qui est adoré en dehors d’Allah est défaillant.
  • Neuvièmement : Cette parole, légère et facile à prononcer, représentera pour celui qui ne l’a pas mise en pratique dans cette vie d’ici-bas, une montagne lors de sa mort, il sera incapable de la prononcer.
  • Dixièmement : Le sens de cette bonne parole (لا إله إلاَّ الله) est «  nulle divinité ne mérite l’adoration exceptée Allah » et cela car les fausses divinités adorées en dehors d’Allah sont nombreuses.

On demande à Allah, qu’Il nous fasse vivre sur cette bonne parole, et qu’Il nous pourvoie de sa prononciation lors de notre mort, et qu’Il nous fasse mourir en étant satisfait de nous.

Écrit par: Sa’id Ibn Samir As-Salafi

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.


(من عجائب الكلمة الطيبة العظيمة ( لا إله إلا الله
أولاً : ليس فيها ( نقطة ) واحدة •
( ثانيًا : كلها راجعة إلى ثلاثة حروف ، وهي الألف واللام والهاء ، والذي هو : ( إله ) •
ثالثًا : تستطيع أن تقولها بغير تحريك للشفتين العليا والسفلى •
رابعًا : مكونة من نفي وإثبات ، وفيها رد على الملاحدة وغلاة الصوفية من أهل الحلول ووحدة الوجود •
خامسًا : ( لا إله ) ، خفيفة ، ( إلاَّ الله ) ثقيلة ، دل ذلك على أن كل ما سوى الله خفيف لا يلتفت له ولا يستحق أن يعبد •
سادسًا : ( لا إله ) ، بدأت باللام المائلة ، ( إلاَّ الله ) ، بدأت بالألف المستفيم ، دل ذلك على أن كل ما سوى الله مائل غير مستقيم •
سابعًا : أنها أفضل الذِكر على الإطلاق •
ثامنًا : ( لا ) بالنسبة إلى ( إلاَّ ) ناقصة ، دل ذلك على أن كل ما يعبد من دون الله ناقص •
تاسعًا : مع سهولة ويسر نطقها ؛ فمن لم يعمل بها في الدنيا تكون كالجبل عند موته لا يستطيع أن ينطقها •
عاشرًا : معنى هذه الكلمة الطيبة ( لا إله إلاَّ الله ) أي : لا معبود حقٌ إلاَّ الله ، وذلك لأن المعبودات الباطلة سوى الله كثيرة •

نسأل الله أن نحيا على هذه الكلمة الطيبة ، وان يرزقنا النطق بها عند الموت ، وأن يتوفانا وهو راضٍ عنَّا
وكتب سمير بن سعيد السلفي