Vidéos récentes

Pour qu’Allah te pardonne dans Sha’ban

Conseils en cas de divergence

Le Tawhid la base des fondements

Conseils en cas de divergence

J’ai voulu rappeler à moi même ainsi qu’à mes frères d’une affaire et d’un comportement de grande valeur, que nous avons appris des gens de science, à savoir que les poitrines des savants s’élargissent les une envers les autres. S’ils divergent sur un sujet qui est sujet à interprétation, il n’est pas question de Sounnah et d’innovation mais plutôt d’erreur et d’exactitude. Même si l’un d’entre eux est d’avis que cette parole ou cet acte est une innovation, mais la question peut porter à interprétation, alors leurs poitrines s’élargissent mutuellement. Et je vais vous donner en image deux exemples.

L’imam Al Albani, qu’Allah ﷻ lui fasse miséricorde , ce grand imam qui a donné toute sa vie à la Sounnah du messager d’Allah ﷺ, au service de la Sounnah du messager d’Allah ﷺ jusqu’à sa mort, il y consacra de longues heures. Et Allah a fait répandre par sa personne le bien sur toute la terre. Combien de fois nous sommes partis dans des contrées et avons trouvé des jeunes qui connaissaient très bien la Salafiya. Quand nous avons cherché, nous avons su qu’ils connaissaient la Salafiya par le biais des audio et des livres de l’imam Al Albani. Qu’Allah lui octroie une large miséricorde ainsi qu’au reste des savants.

L’imam Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, était d’avis que de rejoindre les deux mains après s’être redressé de l’inclinaison est une innovation. Et Cheikh Ibn Baz, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que rejoindre les deux mains après l’inclinaison est une Sounnah. Pour autant Cheikh Al Albani aimait Cheikh Ibn Baz et faisait ses éloges. Et Cheikh Ibn Baz aimait Cheikh Al Albani et faisait ses louanges.

Qaund au deuxième exemple, vous savez que Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que prier plus de onze unités de prières lors du Tarawih est une innovation.

Et malgré cela il disait :
« Je n’applique pas ce jugement à ceux qui voient, par effort d’interprétation, l’autorisation d’ajouter à ce nombre en prière de Tarawih. »

Et Cheikh Ibn Baz considérait qu’il était autorisé d’ajouter, tout en affirmant que le meilleur est de se contenter à onze, et c’est cet avis qui est exacte. Mais ce qui nous intéresse ici et que la poitrine de Cheikh Al Albani ne s’est pas refermée pour Ibn Baz et vice verssa pour Cheikh Ibn Baz, qu’Allah leur fasse miséricorde.

Alors que de nos jours, nous trouverons nos jeunes, qui sont durs les un envers les autres dans des points légers, qui ne sont pas liés à une Sounnah ou une innovation, mais comptent parmi les sujets mineurs. Tu peux trouver qu’untel déteste son frère car il n’est pas de son avis, et cela est dû à un manque d’enseignement du bon comportement. Et les Salafs donnaient plus d’importance au comportement qu’à la science. Il convient, Ô frères, de lire les biographies des savants, anciens et contemporains, pour que nous les suivions dans leurs comportements. Nous sommes, nous les Salafis, dans le grand besoin à ce que nos poitrines s’élargissent mutuellement. Oui nous nous conseillons réciproquement, et nous divergeons dans les questions qui portent à effort d’interprétation. Cependant on ne se déteste pas et on ne se tourne pas le dos, mais sommes plutôt des frères avec des poitrines élargies.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Les recommandations de Cheikh Abu Mu’adh Al ‘Iraqi 

Toutes les louanges reviennent de droit à Allah, que les éloges d’Allah et la paix soient sur le messager d’Allah.
Ô mes bien-aimés, mes conseils pour vous sont :

1. la crainte pieuse d’Allah aussi bien en privé qu’en public.

2. Les efforts dans la recherche de la science et sa transmission.

3. La diffusion de la voie et de la croyance des Salafs.

4. La diffusion des mérites et des mœurs des Salafs.

5. La défense de l’islam.

6. L’attachement à l’appel au Tawhid.

7. Être constamment avec les savants salafis.

8. L’avertissement des gens des passions qui obstruent le sentier d’Allah.

9. Montrer le désaveu de l’appel salafi :
• Aux pensées des Khawaridj et parmi eux les partisans de Da’ish.
• Des pensées des soufis, des adorateurs des tombes avec toutes leurs appellations.
• Ainsi que les partisans du sectarisme, d’Al Irja (sortir les actes de la foi), du Tamiy’ (laxisme envers les innovateurs), des prédicateurs aux pensées Haddadis.

10. L’avertissement des troubles dans toutes ses catégories, et de s’écarter de ceux qui y appelle.

Et je vous remercie pour la bonne opinion que vous avez de votre frère.

Écrit par: Abu Mu’adh Hassan Al ‘Iraqi dans le groupe TawhidFirst
Traduit par : www.TawhidFirst.fr
Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Conseils pour celui qui n’accepte pas les jugements des savants 

Toutes les louanges reviennent de droit à Allah, le seigneur des mondes, que les éloges d’Allah et Son salut soient sur Son messager, le véridique, le digne de confiance. Je me recommande ainsi qu’à quiconque à qui parvient cette parole, la crainte pieuse d’Allah, sa crainte avec science en privé et en public, ainsi que l’effort dans la recherche de la science.

Mon conseil pour celui qui ne prend pas les jugements dans l’éloge et la critique, des deux savants, les pères, les érudits : Rabi’ Ibn Hadi Al Madkhaly et ‘Oubeyd Al Jabiry.

Je dis :
Les deux nobles, illustres, savants vertueux, qu’Allah les préserve, font partis des Imams contemporains dans la connaissance de l’état des hommes. Celui qu’ils ont critiqué ne guéri presque pas de sa blessure (ses erreurs), celui qu’ils ont jugé digne de confiance, il est accepté. Celui dont on a divergé sur son état, et ils sont peu nombreux dans cette situation, alors dans ce cas, on fait un effort pour connaître son état tout en prévalant la parole de celui qui a critiqué, sur celle de celui qui a fait l’éloge, cela pour la science supplémentaire qu’il possède.

Les deux grands savants ont atteint ce haut degré, après un long combat, une belle patience, dans la prédication, la diffusion du Tawhid et de la Sunnah, la connaissance des groupes et des hommes, et la réplique aux différents types de contradicteurs.
Telle est la grâce d’Allah qu’Il octroie à celui qu’Il veut, et Allah est plus savant de ceux qu’Il place comme Imam dans la religion.
Le statut d’Imam dans la religion, ne peut être atteint qu’avec la patience et la certitude. Comme Allah a dit (dans le sens rapproché de Sa parole) :

« Nous avons désigné parmi eux des dirigeants [Imams] qui guidaient [les gens] par Notre ordre aussi longtemps qu’ils enduraient et croyaient fermement en Nos versets. »

[Sourate 32 verset 24]

Ô étudiants en science :
Allah, Allah, ayez du respect envers les savants, ainsi que de la considération envers leurs jugements. Prenez garde, prenez garde au fanatisme de ceux qui sont inférieurs aux savants de ceux qui sont moindre qu’eux dans la science, le degré et l’âge.
Et patientez, ne vous précipitez pas:

 

« La patience et la réflexion avant d’agir provient d’Allah tandis que la précipitation provient de Shaytan. »

 

Et que les éloges d’Allah soient sur Mohammed, sur sa famille, et ses nobles compagnons.

 

Écrit par: Abu Mu’adh Hassan Al ‘Iraqi dans le groupe TawhidFirst

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.