Vidéos récentes

Pour qu’Allah te pardonne dans Sha’ban

Conseils en cas de divergence

Le Tawhid la base des fondements

Pour qu’Allah te pardonne dans Sha’ban

Ô serviteurs d’Allah, il a également été évoqué dans les mérites de ce mois, la nuit du milieu de Sha’ban, des ahadith rapportés par plusieurs voies de transmission que les gens de science ont authentifiés.

Parmi eux, ce qu’a cité Mou’adh Ibn Jabal, qu’Allah l’agrée, le prophète ﷺ a dit :

« Allah considère l’ensemble de ses créatures la nuit du milieu de Sha’ban, alors Il leur pardonne à toutes sauf à l’associateur et à ceux qui sont en conflit. »

Selon Abi Tha’lab, qu’Allah l’agrée, le prophète ﷺ a dit :

« Allah considère ses serviteurs la nuit du milieu de Sha’ban, alors Il pardonne aux croyants, accorde un délai aux mécréants, laisse les rancuniers à leur aigreur jusqu’à qu’ils l’abandonnent. »

Ces ahadith contiennent l’affirmation du pardon d’Allah à ses serviteurs, durant la nuit du milieu de Sha’ban, excepté à l’associateur et peu importe la forme de Shirk et à ceux qui sont en conflit. Celui qui boycotte son frère, a coupé les liens pour une affaire qui touche la vie d’ici-bas.

Ô serviteurs d’Allah, il incombe à chacun d’entre nous, de prendre le temps de se questionner véridiquement à la lumière de ces ahadith et de juger sa personne.  Il se peut qu’elle ait été éprouvée par une quelconque forme de Shirk, majeure ou mineure. Qu’il se réforme alors par le repentir et le retour vers
Allah s’il est tombé dans un aspect du Shirk.

Et ne dit pas :
« Quand à moi, je suis loin de ces formes d’associations, y suis épargnées, je ne peux y tomber. Et il me suffit de vivre dans un pays où le Tawhid est dominant. »

Cette parole est fallacieuse et témoigne de l’ignorance de son auteur. Tu n’as pas plus de Tawhid que le prophète d’Allah Ibrahim, sur lui ainsi que notre prophète les éloges et le salut. L’aimé intime d’Al Rahman, sais-tu avec quoi il invoqua son Seigneur ? Il l’a invoqué par une chose immense, écoute avec moi, ô croyant, son invocation qu’Allah a mentionnée dans Son Livre, quand il a dit :

« Ecarte moi, ainsi que mes enfants de l’adoration des idoles. Ô Seigneur ! Elles ont certes égaré beaucoup de gens. »

L’aimé intime d’Al Rahman a eu peur pour lui et ses enfants de l’association à Allah, et l’adoration des idoles alors que c’est lui qui les a détruites par ses nobles mains, alors pourquoi a-t-il eu peur ?

Il a dit :

« Ô Seigneur ! Elles ont certes égaré beaucoup de gens. »

Voici la raison pour laquelle il invoqua son Seigneur de le sauver, ainsi que ses enfants de ce grand fléau, ce mal répandu qui a touché de nos jours un grand nombre de personnes. Et nulle puissance ni force si ce n’est en Allah.

Ibrahim At-Taymi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« Et qui peut se sentir à l’abri de l’épreuve après Ibrahim. »

Cheikh Khaled Al Dhoufayri, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Conseils en cas de divergence

J’ai voulu rappeler à moi même ainsi qu’à mes frères d’une affaire et d’un comportement de grande valeur, que nous avons appris des gens de science, à savoir que les poitrines des savants s’élargissent les une envers les autres. S’ils divergent sur un sujet qui est sujet à interprétation, il n’est pas question de Sounnah et d’innovation mais plutôt d’erreur et d’exactitude. Même si l’un d’entre eux est d’avis que cette parole ou cet acte est une innovation, mais la question peut porter à interprétation, alors leurs poitrines s’élargissent mutuellement. Et je vais vous donner en image deux exemples.

L’imam Al Albani, qu’Allah ﷻ lui fasse miséricorde , ce grand imam qui a donné toute sa vie à la Sounnah du messager d’Allah ﷺ, au service de la Sounnah du messager d’Allah ﷺ jusqu’à sa mort, il y consacra de longues heures. Et Allah a fait répandre par sa personne le bien sur toute la terre. Combien de fois nous sommes partis dans des contrées et avons trouvé des jeunes qui connaissaient très bien la Salafiya. Quand nous avons cherché, nous avons su qu’ils connaissaient la Salafiya par le biais des audio et des livres de l’imam Al Albani. Qu’Allah lui octroie une large miséricorde ainsi qu’au reste des savants.

L’imam Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, était d’avis que de rejoindre les deux mains après s’être redressé de l’inclinaison est une innovation. Et Cheikh Ibn Baz, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que rejoindre les deux mains après l’inclinaison est une Sounnah. Pour autant Cheikh Al Albani aimait Cheikh Ibn Baz et faisait ses éloges. Et Cheikh Ibn Baz aimait Cheikh Al Albani et faisait ses louanges.

Qaund au deuxième exemple, vous savez que Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que prier plus de onze unités de prières lors du Tarawih est une innovation.

Et malgré cela il disait :
« Je n’applique pas ce jugement à ceux qui voient, par effort d’interprétation, l’autorisation d’ajouter à ce nombre en prière de Tarawih. »

Et Cheikh Ibn Baz considérait qu’il était autorisé d’ajouter, tout en affirmant que le meilleur est de se contenter à onze, et c’est cet avis qui est exacte. Mais ce qui nous intéresse ici et que la poitrine de Cheikh Al Albani ne s’est pas refermée pour Ibn Baz et vice verssa pour Cheikh Ibn Baz, qu’Allah leur fasse miséricorde.

Alors que de nos jours, nous trouverons nos jeunes, qui sont durs les un envers les autres dans des points légers, qui ne sont pas liés à une Sounnah ou une innovation, mais comptent parmi les sujets mineurs. Tu peux trouver qu’untel déteste son frère car il n’est pas de son avis, et cela est dû à un manque d’enseignement du bon comportement. Et les Salafs donnaient plus d’importance au comportement qu’à la science. Il convient, Ô frères, de lire les biographies des savants, anciens et contemporains, pour que nous les suivions dans leurs comportements. Nous sommes, nous les Salafis, dans le grand besoin à ce que nos poitrines s’élargissent mutuellement. Oui nous nous conseillons réciproquement, et nous divergeons dans les questions qui portent à effort d’interprétation. Cependant on ne se déteste pas et on ne se tourne pas le dos, mais sommes plutôt des frères avec des poitrines élargies.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Le Tawhid la base des fondements 

Parmi les fondements des gens de la Sounnah et du groupe dans leur croyance, est que la croyance constitue la base des fondements. Et qu’il est obligatoire que le Tawhid soit la première des choses dont nous prenons soin.

« Le Tawhid avant tout, si seulement ils savaient. »

Et ceci est la méthodologie des prophètes et envoyés.

« Nous avons envoyé dans chaque communauté un messager, pour leur dire : Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût. »

Et dans le hadith de Mou’adh رضي الله عنه quand le prophète ﷺ l’a envoyé au Yémen, il lui dit :

« Que la première chose à laquelle tu les appelles soit, l’attestation qu’aucune divinité ne mérite d’être adorée excépté Allah. »

Donc le Tawhid et la croyance constituent le début, le milieu et la fin de la religion. Il n’est pas autorisé à la personne de négliger cette croyance et cet appel. Et celui qui désire la réforme de la communauté qu’il porte de l’attention au Tawhid, qu’il enseigne le Tawhid, qu’il inculque le Tawhid. Les prophètes ont porté une attention particulière à l’unicité du Seigneur des univers et de la croyance. Ainsi nous devons être sur la voie des gens de la Sounnah et du groupe, nous apprenons le Tawhid, nous enseignons le Tawhid, nous concrétisons le Tawhid. Si l’un d’entre nous entends l’imam faire le sermon du vendredi sur le Tawhid alors sa poitrine s’ouvre. Quand nous écoutons un cours sur le Tawhid, nos poitrines s’ouvrent. C’est ainsi que le messager d’Allah ﷺ enseignait à ses compagnons. Et c’est ainsi que les compagnons du messager d’Allah ﷺ étaient avec le Tawhid. La communauté ne cessera d’être sur le bien, forte, puissante et robuste tant qu’elle veillera à sa croyance et qu’elle concrétisera son Tawhid. Elle a cru alors en Allah, elle a cru en ses anges, elle a cru en ses livres, elle a cru en ses messagers, elle a cru au jour dernier et elle a cru en au destin bon ou mauvais. Ceci est la croyance. La croyance en résumé, est la croyance en Allah et ce qui en découle comme piliers de la foi. C’est la croyance chez les pieux prédécesseurs et la notre également, La croyance sur laquelle nous devons vivre et mourir dessus.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Le Coran et le Tawhid

Le Coran a montré de la manière la plus claire ce sujet, a débuté avec et l’a répété, en a donné des exemples, de telles sortes que dans toutes les sourates du Coran il y a des preuves de ce Tawhid.

Le savant Ibn Al Qayyim رحمه الله a dit :
« Certes, tous les versets du Coran incluent le Tawhid en témoignent et y exhortent.

Le Coran comporte :

  • Soit une information relative à ALLAH, Ses noms, Ses attributs ou Ses actes, c’est l’Unicité de connaissance et d’information [At-Tawhid Al ‘Ilmi Al Khabari].
  • Soit un appel à son adoration seul sans rien Lui associer, et à l’abandon de toute autre adoration, c’est l’Unicité dans l’intention et la sollicitation [At Tawhid Al Iradi Al Talabi].
  • Soit un ordre et une interdiction ainsi que l’obligation d’obéir à Ses ordres et de délaisser Ses interdictions, ce sont les droits du Tawhid et ce qui permet de le compléter.
  • Soit une information relative aux honneurs qu’Allah accorde aux partisans du Tawhid et de Son obéissance. Ce qu’ils ont dans la vie présente et la façon dont ils seront honorés dans l’au-delà, c’est la récompense de Son Tawhid.
  • Soit une information relative aux partisans du Shirk, ce qu’ils endurent comme châtiments dans la vie présente, et la punition qui les attend dans l’au-delà, c’est le châtiment qui frappera ceux qui dévient du Tawhid. »

La réalité de ce Tawhid est d’unifier Allah dans l’adoration. Unifier Allah dans toutes les adorations avec lesquels le serviteur se soumet, comme invocation, peur, espoir, jeûne, sacrifice, vœu.

Et d’autres encore parmi les formes d’adorations, qui Lui sont vouées avec vénération, peur et espoir, accompagnés d’un amour complet envers Lui, purifié et Exalté soit-Il, et soumission devant Sa grandeur.

Ô serviteurs d’Allah, sachez que la plus grande chose qu’Allah a ordonné est Son Tawhid, et Son adoration [exclusive]. La question du Tawhid est la plus grande de toutes les questions, la plus juste de toutes et cela par consensus.

Allah dit [dans le sens rapproché] :
« Je n’ai créé les djinns et les hommes uniquement pour qu’ils m’unifient dans l’adoration. »

Et Allah dit [dans le sens rapproché] :
« Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. »

Si le Tawhid, Ô serviteurs d’Allah, est la plus grande des obligations, alors ce qui l’annule comme association à Allah constitue la plus grande des interdictions. Allah l’a interdit dans Son Livre parfait, et Il en a fait le péché qui n’est pas pardonné, la brisure qui ne peut être consolidée. Et Il a jugé sur celui qui y tombe, la perdition dans cette vie et celle de l’au-delà.

Allah dit [dans le sens rapproché] :
«Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne quelconque associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut.»

« Quiconque associe à Allah [d’autres divinités] Allah lui interdit le Paradis ; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secoureurs ! »

Nulle adoration ne doit être vouée si ce n’est pour Allah seul. Nul vœu, nul sacrifice, nulle invocation, nulle demande d’aide, nulle demande de secours, nul sermon si ce n’est pour Allah…

Allah seul détient la royauté du bien et du mal, de la vie et de la mort, et personne en dehors de Lui ne possède une part de cela, ni ange rapproché, ni Messager envoyé, ni Wali pieu.

Allah a dit [dans le sens rapproché] :
« Et qui est plus égaré que celui qui invoque en dehors d’Allah, celui qui ne saura lui répondre jusqu’au Jour de la Résurrection ? Et elles [leurs divinités] sont indifférentes à leur invocation. Et quand les gens seront rassemblés [pour le Jugement] elles seront leurs ennemies et nieront leur adoration [pour elles]. »

Ceci est la croyance authentique, dans laquelle se sont égarées la majorité des personnes, et il n’y a de force ni de puissance si ce n’est en Allah.

Et Allah a dit vrai quand Il a dit [dans le sens rapproché] :
« Et la plupart de l’humanité ne croira pas même si vous le désirez avec ardeur. »

Le Shirk dans l’adoration d’Allah, son danger est grand, son mal est considérable. S’orienter vers autre qu’Allah, peu importe qui il est, que ce soit pour éloigner un mal, ou rapprocher un bien, ou pour la guérison d’un malade, ou pour accomplir un besoin, ou dissiper une affliction tout ceci annule les œuvres.

Allah a dit [dans le sens rapproché] :
« Mais s’ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu’ils auraient fait eût certainement été vain. »

« En effet, il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine, et tu seras très certainement du nombre des perdants. »

Cheikh ‘Abd Al Hadi, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Le Tawhid, la plus grande cause du salut

En ce moment et durant cette rencontre je rappelle la plus grande et la plus importante cause de la sauvée au jour du jugement. Et la plus grande chose par laquelle se réalise la sauvée au jour du jugement et l’unicité d’Allah, et la sincérité dans Son culte. La preuve de cela est claire dans l’histoire que nous avons déjà vue et la parole du prophète صلى الله عليه وسلم dans son intégralité :

« Celui qui accepte de moi la parole que j’ai proposée à mon oncle et qu’il a rejetée, elle sera alors pour lui une sauvée. »

Le Tawhid est donc la sauvée, et nulle sauvée sans le Tawhid d’Allah. Et La ilaha illa Allah est la parole du Tawhid, il n’y a pas de sauvé sans elle. La sauvé de la personne par cette parole ne se réalise pas par sa simple prononciation, sans en comprendre son sens, et sans agir selon ce qu’elle incombe comme unicité, et sincérité envers Allah.
Donc La ilaha illa Allah sera uniquement profitable à celui qui l’a dite, sera une cause de sa sauvée lors de la rencontre avec Allah, s’il l’a prononcée avec science, œuvres et véracité. Avec science de son sens, œuvre de ce qu’elle incombe et qu’il l’a dise véridiquement de son cœur. S’il l’a dit avec science il sort par cela de la voie des chrétiens ceux qui œuvrent sans savoir. S’il l’a dit tout en œuvrant, il sort alors de la voie des juifs, ceux qui savent mais ne pratiquent pas. Enfin s’il l’a dit avec véracité, il sort de la voie des hypocrites ceux qui montrent en apparence ce qui n’est pas au fond d’eux.

 

Cheikh ‘Abd Al Razzaq Al Badr, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Le Tawhid avant tout

Et la plus grande voie dans la prédication est que tu appelles les gens au Tawhid, le Tawhid avant tout. La plus grande des choses est le Tawhid. Le prophète ﷺ a commencé l’appel des gens par le Tawhid, il leur disait :

« Dites Lâ ilâha illa Allah vous réussirez ! »

Il continua à appeler au Tawhid jusqu’à ce qu’il meurt ﷺ. Il donner de l’importance au Tawhid, il appelait au Tawhid. Il n’a pas dit :

« L’appel au Tawhid divise les gens, l’avertissement contre le Shirk les fait fuir.»

Bien au contraire le prophète ﷺ a appelé au Tawhid et à mis en garde contre le Shirk. Au point où les habitants de la Mecque voulurent lui donner la royauté, ils lui dirent :

« Si tu désires la royauté alors nous te la donnerons. »

« Si tu désires le mariage, nous te marierons. »

Le prophète ﷺ était capable de dire :

« Faites de moi un roi. »

Puis par l’équité, l’affabilité, la bonne adoration il appellera les gens. Cependant le prophète ﷺ refusa, il n’appellait les gens qu’au Tawhid et les avertissait contre le Shirk. C’est cela la Sounnah du prophète ﷺ, c’est cela la Sounnah des prophètes, c’est cela la Sounnah des meilleurs de la communauté de Mohammed ﷺ, et sur cela étaient nos pieux prédécesseurs.

C’est par ce Tawhid que se réalise la sagesse. Si ô serviteur d’Allah tu appelles un musulman au Tawhid, tu l’as fait sortir du Shirk. Il invoquait autre qu’Allah :

«  Ô Wali ! Ô untel ! Ô Ceci et cela ! »

Tu lui as appris que l’invocation doit être vouée exclusivement à Allah عز وجل, qu’il s’agit d’une adoration, et qu’il n’est pas autorisé de vouer quoique ce soit pour autre que Lui سبحانه وتعالى. Il s’est rapproché d’Allah, et tu as été la cause de sa sauvée de l’enfer, même s’il peut avoir des manquements. Mais si tu le laisses sur le Shirk, et que tu l’appelles à la prière, au jeûne, aux nobles comportements bien qu’il soit toujours sur son Shirk, alors tout cela ne lui profitera en rien. Allah n’accepte pas d’acte d’adoration tant que le serviteur n’unifie pas Son Seigneur سبحانه وتعالى.

Prends garde ô prédicateur à ce que Sheitan te trompe, que tu aspires aux postes politiques, ou que tu craignes les gens, ou que tu ais peur qu’ils s’éloignent de toi, tu délaisses alors la voie du prophète  ﷺ, dans son appel au Tawhid et à l’avertissement contre le Shirk.

Ensuite ô prédicateur, saches que tu appelles à Allah et non à ta propre personne, si tu appelles à toi alors tu auras échoué et perdu. Et tu n’as pas appelé à Allah que si tu as appelé au Tawhid.

Puis ô serviteur d’Allah tu te dois de faire aimer aux gens la Sounnah, que tu les appelles à la Sounnah, que tu les mettes en garde contre l’innovation, que tu leur montres son danger, que tu leur énumères les innovations. Sinon quand est-ce que les gens connaîtront l’innovation ?

C’est ainsi que le prophète ﷺ et ceux qui ont réussi cheminent. Puis tu te dois d’enseigner aux gens, comment ils adorent Allah avec la Sounnah du prophète ﷺ. Et tout ceci se fait avec des bonnes manières, par une bonne voie, avec de la clémence, de la douceur et la bonne exhortation.

Oui nous réunissons les gens avec ce que nous avons, par notre comportement, nous leur donnons de nos biens, nous faisons des concessions dans cette vie d’ici-bas. Nous restons humbles pour les gens, nous les aidons, nous intercédons pour eux, pour les rapprocher de la religion d’Allah. Mais il ne nous est pas autorisé de faire des concessions dans la religion d’Allah عز وجل ou dans ses fondements sous prétexte de réunir les gens, de se rapprocher d’eux.

Ainsi donc, ô vous les croyants, attachez-vous au Tawhid, attachez-vous à la Sounnah, attachez-vous à l’obéissance d’Allah عز وجل à la lumière de la Sounnah.

Ô prédicateurs, ô ceux qui ont réussis, veillez à ce que l’appel au Tawhid soit apparent, et que les gens vous connaissent pour l’appel au Tawhid. Et on ne dit pas de se cantonner à cela, répandez plutôt le bien. Exhortez les gens, apprenez aux gens la prière, le jeûne. Rapprochez les d’Allah, faites leurs craindre (Allah), rappelez leur Le paradis, rappelez leur l’enfer, mais faites en sorte que le point de repère que constitue le Tawhid soit apparent dans votre prédication comme ce fut le cas dans l’appel du prophète صلى الله عليه وسلم. Et faites montrez la Sounnah dans vos actes et comportements ainsi vous réussirez.

 

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Le jugement de tourner autour des tombes

Celui-ci demande :

Quel est le jugement de la personne qui, quand elle s’apprête à partir au Hajj, se rend à la tombe d’un wali, y fait des circumambulations (je cherche refuge au près d’Allah, et je Lui demande pardon) dans le but d’obtenir la bénédiction d’Allah ?

Allah est plus Grand ! Mon frère, le Hajj a des sens, des adorations. Le fait de tourner autour des tombes est interdit. Si tu visites les tombes pour te souvenir de l’au-delà, il n’y a pas de mal.

Le prophète (que la paix et la prière d’Allah soit sur lui) a dit :

«  Ne prenez pas ma tombe comme lieu où on se regroupe pour l’adoration. »

Quand tu pars au Hajj, tu vois des personnes venus de pays étrangers qui veulent faire comme ça (toucher les barreaux des tombes). Et ceux qui surveille leur disent : « Ce n’est pas autorisé ô pèlerins ! ».

Ils leur disent de saluer le prophète ﷺ, mais que tu désires toucher avec tes mains, que tu embrasses les tiges métalliques, ou que tu tournes autour alors cela est interdit.

Pourquoi les gens font le Tawaf ? Pour la maison  d’Allah, et c’est là que tu commences ton Hajj. Allah a dit dans le sens rapproché du verset: 

« […] et effectuent autour du Temple antique les circuits rituels. »

Nul Tawaf si ce n’est à la Ka’ba. Ceux qui tournent autour des tombes, plus particulièrement les mères, les personnes âgées, ta grand-mère, ton grand-père, tes oncles… Cela est interdit, c’est du Shirk ! Si la personne enterrée serait un wali pieux alors il t’aurait dit : « Je me désavoue de toi ! Je me désavoue de toi ! Va faire le Tawaf à la maison d’Allah si tu l’aimes réellement ! C’est là-bas qu’Allah a légiféré les sept circumambulations. » Alors que tout cela est du Shirk.

Tu débutes ton Hajj avec du Shirk alors que tu vas prononcer la Talbiya : «  Me voici, ô  Allah, me voici. Me voici, Tu n’as pas d’associé […] », mais tu viens de faire du Shirk avant de faire le Tawaf à la Ka’ba, tu l’as fait à la tombe !

Ô mon frère, qu’est-ce que tu as ? Qui t’as dit cela ? Qui t’as fait montrer cela ? Les personnes âgées, les imams, les enseignants ne t’ont pas dit que cela est interdit ? Qu’Allah n’aime pas cela ? Que c’est du Shirk ?

Le Tawaf doit avoir lieu qu’à la Ka’ba, et uniquement là-bas, sept circumambulations.  De plus, lorsque  tu tournes de la Ka’ba, ce n’est pas elle que tu adores « Qu’Ils adorent le Seigneur de cette maison […] ».

C’est une bonne parole qu’à dit notre frère (le questionneur) sur ce sujet. Ce n’est pas propre à notre région, d’autre ont également cette habitude. Non mes frères, cela n’est pas autorisé.

Quand toi tu dis : « Me voilà, ô Seigneur, me voilà. Me voilà, Tu n’as pas d’associé, me voilà. En vérité les louanges et la grâce T’appartiennent ainsi que la royauté. Tu n’as pas d’associé. ». D’un côté, tu affirmes que Tu n’as pas d’associé, et de l’autre tu tombes dans le Shirk ! Ô Habibi qu’est-ce que tu as ?

Abandonnes le Shirk « Allah ne pardonne qu’on L’associe ».

Il dit dans un hadith Qoudsi :

« Je suis le Seul à même de Me dispenser d’associé. Quiconque effectue une action en M’associant à un tiers, Je l’abandonnerai lui ainsi que son associé. »

Non mes frères, cela n’est pas autorisé.

 

Cheikh ‘Abd Al Ghani ‘Aoussat, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

La subsistance est comme le décret 

La crainte pieuse d’Allah est la base de la subsistance. C’est pour cela qu’il est rapporté dans le hadith que le Prophète ﷺ a dit :

« Celui dont la principale préoccupation est ce monde, Allah mettra ses affaires en désordre, et sa pauvreté lui sera mise entre ses deux yeux. En outre, Il ne lui accordera de ce monde que ce qu’Allah lui a écrit. En revanche, celui dont l’intention est dirigée vers l’au-delà, Allah mettra de l’ordre dans ses affaires et placera sa richesse dans son cœur. Cette vie d’ici-bas viendra alors à lui contrainte et forcée. »

Celui qui ne craint pas Allah, celui qui préfère cette vie à l’au-delà, en fait sa principale préoccupation et que le halal est ce qu’il y a dans sa poche,

« Allah mettra ses affaires en désordre»

son cœur sera dispersé, il ne sera pas heureux. Il ne sera jamais heureux, Allah mettre ses affaires en désordre, et si Allah disperse son cœur, qui serait capable de le remettre en ordre. C’est pour cela, ô les frères, qu’on trouve les riches des riches parmi les mécréants qui se suicident. Beaucoup d’entre eux se suicident, car Allah a dispersé leurs cœurs.

« Et sa pauvreté lui sera mise entre ses deux yeux. »

Et s’il regarde, qu’est-ce qu’il verra ? Il verra la pauvreté, même s’il est rempli de richesse, il verra la pauvreté, à chaque fois qu’il regardera (devant lui), il verra la pauvreté. Et il ne prend pas plaisir à la richesse, car il se voit pauvre. Il cherche ardemment les biens, et se fatigue à rassembler les richesses, mais il n’en tire même pas profit.

« En outre, Il ne lui accordera de ce monde que ce qu’Allah lui a écrit. »

Quoi qu’il fasse. La subsistance est comme le décret (de la mort). Cela ne se réduit pas et n’augmente en rien. Allah a écrit notre subsistance comme il a écrit notre décret. Nous étions une fois dans une assise de Cheikh ‘Atiyyah رحمه الله , sur la chaise où j’enseigne actuellement (à la mosquée du prophète ﷺ). Il nous a mentionné  ce sujet. Et le Cheikh a dit رحمه الله :

« Une personne digne de foi m’a rapporté, qu’un homme est tombé dans un puits, et un groupe de personnes sont venus, et l’ont trouvé (dans ce puits), ils l’ont donc sorti. Il n’avait absolument rien eu. Ils lui ont donné un verre de lait, qu’il a bu. Pureté à Allah, après qu’il ai bu, une personne lui dit : « Comment es-tu tombé dans ce puits ? »

Il répondit alors :

« J’étais sur ce puits, je me tenais […] »

Il est tombé par la suite (en leur montrant comment il était arrivé là). Il mourut. Il lui restait donc de sa subsistance, ce verre de lait, il est sorti (de ce puits) pour cela. Et ces derniers cours instant faisaient partie de son terme, il est donc sorti pour ce but et lorsque cela s’est réalisé, il mourut. Ainsi la subsistance est comme le décret (de la mort).

« En revanche, celui dont l’intention est dirigée vers l’au-delà »

, celui-ci est celui qui craint Allah. L’au-delà passe avant toute chose.

« Allah mettra de l’ordre dans ses affaires »

, son cœur sera donc apaisé, Allah lui a rassemblé le cœur, son cœur est donc apaisé, il est pas dispersé.

« Et placera sa richesse dans son cœur. »

Il est reconnaissant, à chaque fois qu’il est pourvu de quelque chose, il dit « Al Hamdoulillah » . Il a remercié Allah pour le bienfait, il s’est acquitté du devoir lié à son argent, il a fait des aumônes, et sa richesse augmente. Il est reconnaissant, Allah a placé la richesse dans son cœur.

« Ce monde vient alors à lui contrainte et forcée».

Il ne sera pas privé de cette vie à cause de la crainte pieuse d’Allah.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr
Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Histoire émouvante de I’Imam Ibn Rajab

Ibn Rajab رحمه الله, Al Hafidh Zayn Ad-Din ‘Abd Rahman Ibn Ahmad Al Hanbaly, il était un imam et savant, ascète, dévot et humble. Un de ses élèves a rapporté en disant :

Nous étions avec notre Cheikh  dans un de ses cours, il nous a détaillé un sujet parmi d’autres. D’une manière détaillée, étonnante. Puis nous étions appelés avec lui en ce même jour, à une assise d’un des grands juges. Ils ont donc parlé et parmi les points évoqués le même sujet [qu’Ibn Rajab a exposé]. Ils ont donc parlé, et n’ont apporté aucune chose se rapprochant de ce que notre Cheikh avait dit dans son cours. Et nous regardions notre Cheikh, nous voulions de lui qu’il s’entretienne, qu’il parle et qu’il leur fasse profiter, pour qu’il montre son mérite envers eux […] Mais il s’est tu. L’élève dit : « lorsque nous sommes partis, j’ai pris notre Cheikh à part, avec quelques personnes qui étaient avec moi. Je lui ai dit : Qu’Allah soit bienfaisant envers toi, et t’augmente en mérite. Tu nous a détaillé le point de manière abondante à la mosquée, ensuite dans cette assise ce point a été évoqué, tu ne leur a rien dit, si seulement tu les avais fait profité. »

Il répondit d’une parole qui n’est pas chez les tyrans de science. Il dit : « Mon assise avec vous est pour Allah, alors que cette assise est motivée par la vie d’ici-bas. Mon assise avec vous est pour Allah […] alors que cette assise est motivée par la vie d’ici-bas. L’humilité est le signe de la réussite, et le tyrannisme [dans le sens d’abuser de sa science] est le signe de l’échec.

Cheikh Salah Al Cheikh, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.

Les conditions de Lâ ilâha illa Allah

Toutes les louanges reviennent de droit à Allah le Seigneur des univers. L’aboutissement appartient aux pieux, et nulle hostilité si ce n’est pour les injustes. Et j’atteste que nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah, le Seul sans associés. A lui la royauté et les louanges et Il est capable de toute chose. La divinité qui s’est élevée au dessus du trône, détenteur de la royauté. Tout ce qui est dans les cieux et la terre Le purifie, ce qui est entre eux et ce qui est sous le sol humide. Et si tu élèves la voix, Il connaît certes les secrets, même les plus cachés. Allah, Nulle ne mérite l’adoration exceptée Lui ! Il possède les Noms les plus beaux. J’atteste que Mohammad est Son Serviteur et Messager, qu’Allah a envoyé avec la guidée et la religion de vérité pour la faire triompher sur toute autre religion, en dépit de l’aversion des mécréants. Que la prière soit sur lui, ainsi que sur sa famille, ses compagnons, et tous ceux qui ont suivi sa guidée et se sont accrochés à sa Sounnah jusqu’au Jour du jugement.

Ceci dit, Ô serviteurs d’Allah :

Nous avons su que le Tawhid dans l’adoration est le sens de Lâ ilâha illa Allah, nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah. Et pour compléter ce point bénéfique, nous allons citer les conditions de Lâ lâha illa Allah . Car la parole par la langue n’est pas valable, ni un pilier des piliers de la foi sans ces conditions. Donc la parole d’Unicité [Kalimat At-Tawhid] n’est pas valable sans ces conditions. Les savants ont étudié avec attention les textes et en ont trouvé sept ou huit, mais certaines en impliquent d’autres. Ces conditions viennent de la recherche et de la vérification approfondie des textes. L’érudit Cheikh Hafidh Al Hakami رحمه الله les a regroupées dans un poème par sa parole :

وبشروطٍ سبعة قد قُيِّدت

Et avec sept conditions elle a été délimitée

وفي نصوص الوحي حقاً وَرَدَت

Et dans les textes de la révélation elles furent véritablement rapportées

فإنه لم ينتفـع قائلـها بالنطق إلا حيث يستكمِلــها

Elle ne profitera pas à celui qui la dite par la langue, jusqu’à qu’il la complète

العلـم واليقين والقبــولُ والانقيــاد فادرِ ما أقولُ

La science, la certitude, l’acceptation Et la soumission, je sais par cela ce que je dis

والصدق والإخلاص والمحبـة وفَّقـك الله لما أحبـــه

La véracité, la sincérité et l’amour. Qu’Allah te guide vers ce qu’Il aime.

Et ils ont ajouté une huitième condition en disant :

علم يقين وإخلاص وصدقك مع

Science, certitude, sincérité ainsi que ta véracité avec…

محبــة وانقيــاد والقبــول لهــا

Amour, soumission et son acceptation.

وزيـد ثامنهـا الكفـران منـك بما

Ajouter à cela la huitième qui est le fait que tu renies

سوى الإله من الأشياء قد ألها

Toute chose adorée en dehors d’Allah.

  • La première condition :

La connaissance du sens de cette attestation avec la négation et l’affirmation qu’elle comprend, qui exclut l’ignorance. Celui qui la dit avec sa langue, tout en ignorant son sens, Lâ ilâha illa Allah ne lui profitera pas. Donc la science de son sens avec l’affirmation et la négation qu’elle contient ; nulle divinité ne mérite l’adoration excepté Allah. La connaissance de son sens n’est pas que tu saches les expressions des savants: la particule « لا » [La|Nulle] est une particule de négation du genre. Le nom « إله » [Ilaha|Divinité] fait parti des mots qui ne changent pas de terminaison. Et l’adjectif est « حق » [Haqq|Mérite en vérité] : Nulle divinité ne mérite en vérité l’adoration exepté Allah. Mais ce qui est voulu plutôt est ce qui est enraciné dans le cœur, qu’Allah Exalté soit-Il est le Seul méritant l’adoration. Donc ce qui est obligatoire est de connaître ce que cette parole implique comme sens qu’Il est le Seul méritant l’adoration. Mais celui qui connaît son sens en détails, alors cela est plus complet et meilleur encore.

  • Deuxième condition :

La certitude qui exclut le doute. C’est-à-dire la profonde certitude que le serviteur croit qu’Allah est l’adoré en toute vérité, celui qui mérite l’adoration. Et ce qu’Allah nous a informé dans Son Noble livre, ou à la bouche de Son Messager digne de foi Mohammed ibn ‘AbdiLlah, est la vérité ferme sans le moindre scepticisme et doute.

  • Troisième condition :

La sincérité qui exclut l’association. Certaines personnes disent Lâ ilâha illa Allah, mais ne délaisse pas le Shirk, comme cela est le cas pour les adorateurs des tombes. Cette parole ne leur sera d’aucune utilité, car parmi ses conditions la sincérité, et la sincérité est de purifier l’acte par une intention pieuse de toutes les formes de Shirk.

  • Quatrième condition :

La véracité qui exclut le mensonge.  C’est qui l’a prononce avec véracité par son cœur. Les hypocrites disent Lâ ilâha illa Allah mais est-ce que cette parole leur sera profitable ? Non, car ils se sont opposés à ce que contient leurs cœurs.

Allah Exalté soit-Il dit [dans le sens approché] :

« Ils disent avec leurs langues ce qui n’est pas dans leurs cœurs. »

« Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : Nous attestons que tu es certes le Messager d’Allah. Allah sait que tu es vraiment Son Messager, et Allah atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs. Ils prennent leurs serments pour bouclier. »

  • Cinquième condition :

L’amour qui exclut la détestation. L’amour de cette parole et de ce qu’elle montre, l’amour des gens qui ont agit avec cette parole, ceux qui se sont attachés à ses conditions. Et la détestation de ce qui annule cela.

  • Sixième condition :

La soumission qui exclut le délaissement. La soumission à ce qu’indique cette attestation, comme adoration à Allah, seul sans aucun associé. Et l’obéissance aux ordres d’Allah.

  • Septième condition :

L’acceptation excluant le rejet. Que tu ne rejettes rien parmi les droits de Lâ ilâha illa Allah, et de ce qu’elle montre. Tu acceptes tout ce qui provient d’Allah, et de Son Messager ﷺ. Et la différence entre la soumission et l’acceptation est que la soumission est dans l’apparence alors que l’acceptation est à l’intérieur, c’est-à-dire dans le cœur. En apparence se soumettent le musulman et l’hypocrite, tous ils se soumettent en apparence, mais l’acceptation ne provient que du croyant. L’hypocrite ne se soumet pas avec son cœur, même s’il se soumet en apparence.

  • Huitième condition :

Mécroire au Tâghout ; tout ce qui est adoré en dehors d’Allah exalté soit-Il, que ça soit un Sheitan, une pierre, un arbre, une tombe, est un Tâghout. Mécroire au Tâghout, est le désaveu du Shirk et de ses adeptes. Le serviteur ne sera pas parmi ceux qui unifient Allah, tant qu’il ne se désavoue pas du Shirk et de ses partisans.

Allah Exalté soit-Il dit [dans le sens approché] :

« Donc, quiconque mécroit au Tâghout tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »

Cheikh ‘Abd Al Hadi, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.