Vidéos récentes

Pour qu’Allah te pardonne dans Sha’ban

Le jugement de tourner autour des tombes

La subsistance est comme le décret

Conseils en cas de divergence

J’ai voulu rappeler à moi même ainsi qu’à mes frères d’une affaire et d’un comportement de grande valeur, que nous avons appris des gens de science, à savoir que les poitrines des savants s’élargissent les une envers les autres. S’ils divergent sur un sujet qui est sujet à interprétation, il n’est pas question de Sounnah et d’innovation mais plutôt d’erreur et d’exactitude. Même si l’un d’entre eux est d’avis que cette parole ou cet acte est une innovation, mais la question peut porter à interprétation, alors leurs poitrines s’élargissent mutuellement. Et je vais vous donner en image deux exemples.

L’imam Al Albani, qu’Allah ﷻ lui fasse miséricorde , ce grand imam qui a donné toute sa vie à la Sounnah du messager d’Allah ﷺ, au service de la Sounnah du messager d’Allah ﷺ jusqu’à sa mort, il y consacra de longues heures. Et Allah a fait répandre par sa personne le bien sur toute la terre. Combien de fois nous sommes partis dans des contrées et avons trouvé des jeunes qui connaissaient très bien la Salafiya. Quand nous avons cherché, nous avons su qu’ils connaissaient la Salafiya par le biais des audio et des livres de l’imam Al Albani. Qu’Allah lui octroie une large miséricorde ainsi qu’au reste des savants.

L’imam Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, était d’avis que de rejoindre les deux mains après s’être redressé de l’inclinaison est une innovation. Et Cheikh Ibn Baz, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que rejoindre les deux mains après l’inclinaison est une Sounnah. Pour autant Cheikh Al Albani aimait Cheikh Ibn Baz et faisait ses éloges. Et Cheikh Ibn Baz aimait Cheikh Al Albani et faisait ses louanges.

Qaund au deuxième exemple, vous savez que Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, voyait que prier plus de onze unités de prières lors du Tarawih est une innovation.

Et malgré cela il disait :
« Je n’applique pas ce jugement à ceux qui voient, par effort d’interprétation, l’autorisation d’ajouter à ce nombre en prière de Tarawih. »

Et Cheikh Ibn Baz considérait qu’il était autorisé d’ajouter, tout en affirmant que le meilleur est de se contenter à onze, et c’est cet avis qui est exacte. Mais ce qui nous intéresse ici et que la poitrine de Cheikh Al Albani ne s’est pas refermée pour Ibn Baz et vice verssa pour Cheikh Ibn Baz, qu’Allah leur fasse miséricorde.

Alors que de nos jours, nous trouverons nos jeunes, qui sont durs les un envers les autres dans des points légers, qui ne sont pas liés à une Sounnah ou une innovation, mais comptent parmi les sujets mineurs. Tu peux trouver qu’untel déteste son frère car il n’est pas de son avis, et cela est dû à un manque d’enseignement du bon comportement. Et les Salafs donnaient plus d’importance au comportement qu’à la science. Il convient, Ô frères, de lire les biographies des savants, anciens et contemporains, pour que nous les suivions dans leurs comportements. Nous sommes, nous les Salafis, dans le grand besoin à ce que nos poitrines s’élargissent mutuellement. Oui nous nous conseillons réciproquement, et nous divergeons dans les questions qui portent à effort d’interprétation. Cependant on ne se déteste pas et on ne se tourne pas le dos, mais sommes plutôt des frères avec des poitrines élargies.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Le Tawhid la base des fondements 

Parmi les fondements des gens de la Sounnah et du groupe dans leur croyance, est que la croyance constitue la base des fondements. Et qu’il est obligatoire que le Tawhid soit la première des choses dont nous prenons soin.

« Le Tawhid avant tout, si seulement ils savaient. »

Et ceci est la méthodologie des prophètes et envoyés.

« Nous avons envoyé dans chaque communauté un messager, pour leur dire : Adorez Allah et écartez-vous du Tâghoût. »

Et dans le hadith de Mou’adh رضي الله عنه quand le prophète ﷺ l’a envoyé au Yémen, il lui dit :

« Que la première chose à laquelle tu les appelles soit, l’attestation qu’aucune divinité ne mérite d’être adorée excépté Allah. »

Donc le Tawhid et la croyance constituent le début, le milieu et la fin de la religion. Il n’est pas autorisé à la personne de négliger cette croyance et cet appel. Et celui qui désire la réforme de la communauté qu’il porte de l’attention au Tawhid, qu’il enseigne le Tawhid, qu’il inculque le Tawhid. Les prophètes ont porté une attention particulière à l’unicité du Seigneur des univers et de la croyance. Ainsi nous devons être sur la voie des gens de la Sounnah et du groupe, nous apprenons le Tawhid, nous enseignons le Tawhid, nous concrétisons le Tawhid. Si l’un d’entre nous entends l’imam faire le sermon du vendredi sur le Tawhid alors sa poitrine s’ouvre. Quand nous écoutons un cours sur le Tawhid, nos poitrines s’ouvrent. C’est ainsi que le messager d’Allah ﷺ enseignait à ses compagnons. Et c’est ainsi que les compagnons du messager d’Allah ﷺ étaient avec le Tawhid. La communauté ne cessera d’être sur le bien, forte, puissante et robuste tant qu’elle veillera à sa croyance et qu’elle concrétisera son Tawhid. Elle a cru alors en Allah, elle a cru en ses anges, elle a cru en ses livres, elle a cru en ses messagers, elle a cru au jour dernier et elle a cru en au destin bon ou mauvais. Ceci est la croyance. La croyance en résumé, est la croyance en Allah et ce qui en découle comme piliers de la foi. C’est la croyance chez les pieux prédécesseurs et la notre également, La croyance sur laquelle nous devons vivre et mourir dessus.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

Le Tawhid avant tout

Et la plus grande voie dans la prédication est que tu appelles les gens au Tawhid, le Tawhid avant tout. La plus grande des choses est le Tawhid. Le prophète ﷺ a commencé l’appel des gens par le Tawhid, il leur disait :

« Dites Lâ ilâha illa Allah vous réussirez ! »

Il continua à appeler au Tawhid jusqu’à ce qu’il meurt ﷺ. Il donner de l’importance au Tawhid, il appelait au Tawhid. Il n’a pas dit :

« L’appel au Tawhid divise les gens, l’avertissement contre le Shirk les fait fuir.»

Bien au contraire le prophète ﷺ a appelé au Tawhid et à mis en garde contre le Shirk. Au point où les habitants de la Mecque voulurent lui donner la royauté, ils lui dirent :

« Si tu désires la royauté alors nous te la donnerons. »

« Si tu désires le mariage, nous te marierons. »

Le prophète ﷺ était capable de dire :

« Faites de moi un roi. »

Puis par l’équité, l’affabilité, la bonne adoration il appellera les gens. Cependant le prophète ﷺ refusa, il n’appellait les gens qu’au Tawhid et les avertissait contre le Shirk. C’est cela la Sounnah du prophète ﷺ, c’est cela la Sounnah des prophètes, c’est cela la Sounnah des meilleurs de la communauté de Mohammed ﷺ, et sur cela étaient nos pieux prédécesseurs.

C’est par ce Tawhid que se réalise la sagesse. Si ô serviteur d’Allah tu appelles un musulman au Tawhid, tu l’as fait sortir du Shirk. Il invoquait autre qu’Allah :

«  Ô Wali ! Ô untel ! Ô Ceci et cela ! »

Tu lui as appris que l’invocation doit être vouée exclusivement à Allah عز وجل, qu’il s’agit d’une adoration, et qu’il n’est pas autorisé de vouer quoique ce soit pour autre que Lui سبحانه وتعالى. Il s’est rapproché d’Allah, et tu as été la cause de sa sauvée de l’enfer, même s’il peut avoir des manquements. Mais si tu le laisses sur le Shirk, et que tu l’appelles à la prière, au jeûne, aux nobles comportements bien qu’il soit toujours sur son Shirk, alors tout cela ne lui profitera en rien. Allah n’accepte pas d’acte d’adoration tant que le serviteur n’unifie pas Son Seigneur سبحانه وتعالى.

Prends garde ô prédicateur à ce que Sheitan te trompe, que tu aspires aux postes politiques, ou que tu craignes les gens, ou que tu ais peur qu’ils s’éloignent de toi, tu délaisses alors la voie du prophète  ﷺ, dans son appel au Tawhid et à l’avertissement contre le Shirk.

Ensuite ô prédicateur, saches que tu appelles à Allah et non à ta propre personne, si tu appelles à toi alors tu auras échoué et perdu. Et tu n’as pas appelé à Allah que si tu as appelé au Tawhid.

Puis ô serviteur d’Allah tu te dois de faire aimer aux gens la Sounnah, que tu les appelles à la Sounnah, que tu les mettes en garde contre l’innovation, que tu leur montres son danger, que tu leur énumères les innovations. Sinon quand est-ce que les gens connaîtront l’innovation ?

C’est ainsi que le prophète ﷺ et ceux qui ont réussi cheminent. Puis tu te dois d’enseigner aux gens, comment ils adorent Allah avec la Sounnah du prophète ﷺ. Et tout ceci se fait avec des bonnes manières, par une bonne voie, avec de la clémence, de la douceur et la bonne exhortation.

Oui nous réunissons les gens avec ce que nous avons, par notre comportement, nous leur donnons de nos biens, nous faisons des concessions dans cette vie d’ici-bas. Nous restons humbles pour les gens, nous les aidons, nous intercédons pour eux, pour les rapprocher de la religion d’Allah. Mais il ne nous est pas autorisé de faire des concessions dans la religion d’Allah عز وجل ou dans ses fondements sous prétexte de réunir les gens, de se rapprocher d’eux.

Ainsi donc, ô vous les croyants, attachez-vous au Tawhid, attachez-vous à la Sounnah, attachez-vous à l’obéissance d’Allah عز وجل à la lumière de la Sounnah.

Ô prédicateurs, ô ceux qui ont réussis, veillez à ce que l’appel au Tawhid soit apparent, et que les gens vous connaissent pour l’appel au Tawhid. Et on ne dit pas de se cantonner à cela, répandez plutôt le bien. Exhortez les gens, apprenez aux gens la prière, le jeûne. Rapprochez les d’Allah, faites leurs craindre (Allah), rappelez leur Le paradis, rappelez leur l’enfer, mais faites en sorte que le point de repère que constitue le Tawhid soit apparent dans votre prédication comme ce fut le cas dans l’appel du prophète صلى الله عليه وسلم. Et faites montrez la Sounnah dans vos actes et comportements ainsi vous réussirez.

 

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par: www.TawhidFirst.fr

Autorisation de diffusion uniquement en citant la source.

La subsistance est comme le décret 

La crainte pieuse d’Allah est la base de la subsistance. C’est pour cela qu’il est rapporté dans le hadith que le Prophète ﷺ a dit :

« Celui dont la principale préoccupation est ce monde, Allah mettra ses affaires en désordre, et sa pauvreté lui sera mise entre ses deux yeux. En outre, Il ne lui accordera de ce monde que ce qu’Allah lui a écrit. En revanche, celui dont l’intention est dirigée vers l’au-delà, Allah mettra de l’ordre dans ses affaires et placera sa richesse dans son cœur. Cette vie d’ici-bas viendra alors à lui contrainte et forcée. »

Celui qui ne craint pas Allah, celui qui préfère cette vie à l’au-delà, en fait sa principale préoccupation et que le halal est ce qu’il y a dans sa poche,

« Allah mettra ses affaires en désordre»

son cœur sera dispersé, il ne sera pas heureux. Il ne sera jamais heureux, Allah mettre ses affaires en désordre, et si Allah disperse son cœur, qui serait capable de le remettre en ordre. C’est pour cela, ô les frères, qu’on trouve les riches des riches parmi les mécréants qui se suicident. Beaucoup d’entre eux se suicident, car Allah a dispersé leurs cœurs.

« Et sa pauvreté lui sera mise entre ses deux yeux. »

Et s’il regarde, qu’est-ce qu’il verra ? Il verra la pauvreté, même s’il est rempli de richesse, il verra la pauvreté, à chaque fois qu’il regardera (devant lui), il verra la pauvreté. Et il ne prend pas plaisir à la richesse, car il se voit pauvre. Il cherche ardemment les biens, et se fatigue à rassembler les richesses, mais il n’en tire même pas profit.

« En outre, Il ne lui accordera de ce monde que ce qu’Allah lui a écrit. »

Quoi qu’il fasse. La subsistance est comme le décret (de la mort). Cela ne se réduit pas et n’augmente en rien. Allah a écrit notre subsistance comme il a écrit notre décret. Nous étions une fois dans une assise de Cheikh ‘Atiyyah رحمه الله , sur la chaise où j’enseigne actuellement (à la mosquée du prophète ﷺ). Il nous a mentionné  ce sujet. Et le Cheikh a dit رحمه الله :

« Une personne digne de foi m’a rapporté, qu’un homme est tombé dans un puits, et un groupe de personnes sont venus, et l’ont trouvé (dans ce puits), ils l’ont donc sorti. Il n’avait absolument rien eu. Ils lui ont donné un verre de lait, qu’il a bu. Pureté à Allah, après qu’il ai bu, une personne lui dit : « Comment es-tu tombé dans ce puits ? »

Il répondit alors :

« J’étais sur ce puits, je me tenais […] »

Il est tombé par la suite (en leur montrant comment il était arrivé là). Il mourut. Il lui restait donc de sa subsistance, ce verre de lait, il est sorti (de ce puits) pour cela. Et ces derniers cours instant faisaient partie de son terme, il est donc sorti pour ce but et lorsque cela s’est réalisé, il mourut. Ainsi la subsistance est comme le décret (de la mort).

« En revanche, celui dont l’intention est dirigée vers l’au-delà »

, celui-ci est celui qui craint Allah. L’au-delà passe avant toute chose.

« Allah mettra de l’ordre dans ses affaires »

, son cœur sera donc apaisé, Allah lui a rassemblé le cœur, son cœur est donc apaisé, il est pas dispersé.

« Et placera sa richesse dans son cœur. »

Il est reconnaissant, à chaque fois qu’il est pourvu de quelque chose, il dit « Al Hamdoulillah » . Il a remercié Allah pour le bienfait, il s’est acquitté du devoir lié à son argent, il a fait des aumônes, et sa richesse augmente. Il est reconnaissant, Allah a placé la richesse dans son cœur.

« Ce monde vient alors à lui contrainte et forcée».

Il ne sera pas privé de cette vie à cause de la crainte pieuse d’Allah.

Cheikh Soulayman Al Rouhayli, qu’Allah le préserve.

Traduit par : www.TawhidFirst.fr
Autorisation de diffusion sans modifications et uniquement en citant la source.